Les Accords Toltèques

 

Les Toltèques, guerriers du nord de l’Amérique, sont à l’origine de toute civilisation. Ils vivaient dans l’actuel Mexique dans les années 1000 – 1300. Miguel Ruiz, neurologue dans les années 1900 décide de retrouver le savoir de ses ancêtres les toltèques après avoir vécu une expérience de mort imminente. Il devient à son tour Chaman et transmet son savoir à travers son best-seller : « Les Accords Toltèques : La loi de la liberté personnelle »

 

Son livre met ainsi en avant une philosophie d’être pour pacifier ses relations avec les autres et avec soi-même. Il s’agit de renégocier les accords que nous nous sommes imposés nous-même et qui nous empêche l’accès au bonheur. Mais aussi de se libérer des croyances limitantes qui nous privent de joie et nous plonge dans la souffrance.

 

C’est grâce à ces 4 accords qu’il nous guide vers le chemin de la liberté, du bonheur et de la paix intérieure.

 

 

 

Le premier accord est le suivant : « Que ta parole soit impeccable ». La parole est un outil puissant qui peut à la fois créer mais tout aussi bien détruire. Cet accord met en avant la suppression des paroles négatives ainsi que les croyances limitantes, jugements et critiques que nous faisons à l’égard d’autrui.

 

 

« Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle ». Ce deuxième accord suggère que ce que dise et font les autres sont des projections de leur propre réalité, ce sont l’image qu’ils se font de vous. Chaque individu à une réalité propre à lui-même, notre vérité personnelle ne doit pas être atteintes par celle des autres. Il en convient donc de laisser à l’autre la responsabilité de sa parole et de ses actes en acceptant que ce qui arrive autour de soi n’est pas la conséquence de nos attitudes.

 

 

Le troisième accord Toltèque est « Ne faites pas suppositions », c’est en fait avoir le courage de poser des questions et exprimer ses besoins. De ne pas faire d’interprétation pour éviter les malentendus et les drames. En somme, c’est savoir s’exprimer clairement, mettre en avant des doutes plutôt que de les garder en soi. Il s’agit de prendre conscience que nos suppositions sont des créations de notre pensée.

 

 

Pour conclure, « Faire toujours de votre mieux » est un accord qui découle des trois premiers. Quelques soient les circonstances, les contextes ou les personnes en face de vous, il n’est question d’être parfait mais de faire de son mieux.